Arrêt préfectoral  ; valable du 13-27 octobre 2020



Mesdames, Messieurs,


> Depuis plusieurs semaines des règles nationales sont posées pour les pratiques sportives.

Pour les établissements sportifs ouverts, les mesures barrières doivent être respectées.

 

* Le port du masque est obligatoire dans les Établissements d'Activités Physiques et Sportives pour toutes les personnes de plus de onze ans, sauf pendant l'effort physique.

 

* 2m de distances doivent être respectées en permanence sauf quand l'activité ne le permet pas.


> De plus, chaque fédération sportive a édicté des protocoles pour la pratique sportive et l'organisation des compétitions (voir PJ).


> IMPORTANT

 

De nouvelles mesures locales sont mises en œuvre pour le département de l'Hérault, pour la période du 13 au 27 octobre inclus.


> Pour les communes en "zone d'alerte renforcée" et en "zone d'alerte maximale" les établissements de type X (gymnases, salles de sport, de fitness…) sont fermés, sauf pour l’accueil
 :

·         Les piscines restent ouvertes pour tous les publics à l’exception des vestiaires collectifs.

 

Dans toutes les communes du département, les vestiaires collectifs des établissements ouverts peuvent être à nouveau utilisés (sauf dans les piscines en zone d’alerte renforcée et maximale).

 

Dans les communes placées en « zone d’alerte maximale », les établissements de type PA (plein air) peuvent accueillir du public sous réserve de respecter une jauge maximale égale à 50 % au plus de leur jauge maximale théorique, dans la limite de 1000 personnes (personnels techniques, de sécurité et nécessaires au bon fonctionnement de l’établissement exclus).

 

Dans les communes placées en « zone d’alerte maximale » ainsi que dans les communes placées en « zone d’alerte renforcée », les rassemblements, réunions, ou activité de plus de 10 personnes sur la voie publique ou dans des lieux ouverts au public sont interdits, à l’exception des rassemblements :

·         autorisés par le préfet après avis du maire,

·         à caractère professionnel,

·         dans les établissements recevant du public autorisés à ouvrir les services de transport de voyageurs,

·         à l’occasion des marchés,

·         liés aux manifestations sur la voie publique citées à l’article L. 211-1 du code de la sécurité intérieure,

 

Dans l’ensemble des communes du département, sont interdits :

·         les événements de plus de 1000 personnes, organisateurs et exposants non compris à l’occasion des manifestations sportives ainsi que dans les lieux suivants : les établissements sportifs, les salles de projection et salles de spectacles ; les salles d’auditions et de conférence ; les salles à usages multiples et salles polyvalentes ; les chapiteaux, tentes et structures ; …

 

Bonjour à tous. 

Les conditions se durcissent dan l'Hérault, avec l'élargissement des zones touchées à d'autres clubs.
Nous conservons pour cette journée3 les consignes données pour la J2.
Pour rappel : 
Plusieurs cas de figure sont possibles :

Club ayant l'autorisation de recevoir (n'étant pas en zone rouge renforcé) accueillant une équipe qui n'est pas en zone rouge renforcé : Déroulement normal de la rencontre avec le respect des conditions sanitaires de rigueur.

Club ayant l'autorisation de recevoir (n'étant pas en zone rouge renforcé) mais devant accueillir une équipe qui est en zone rouge renforcée : Le club qui reçoit peut reporter la rencontre sans sanction s'il estime dangereux de recevoir des joueurs venant d'une zone dite "à risque", de même que le club qui se déplace peut reporter la rencontre sans sanction s'il estime risqué de faire se déplacer ses joueurs.

Club n'ayant pas l'autorisation de recevoir (car étant en zone rouge renforcé), la rencontre est reportée sauf s'il s'accorde avec le club qui devait se déplacer pour inverser le lieu de la rencontre quand cela est possible, ou de jouer dans une salle neutre. Le club qui devait se déplacer n'est pas contraint d'accepter la proposition, l'accord doit être mutuel et confirmé à la CS pour éviter toute ambiguïté.

Il est évident que le décalage entre ceux qui peuvent d'entraîner et les autres s'accentue, d'où le maintien de notre décision de ne pas "forcer" les équipes à jouer. En revanche, ceux qui le souhaitent et qui ne veulent pas perdre la possibilité de faire un peu de sport doivent pouvoir être autorisés à jouer, dans les conditions sanitaires requises bien entendu.

Nous sommes conscients qu'au-delà de ces deux journées, la situation sera intenable et que deux solutions s'offriront à nous : la suppression de la première phase, avec maintien des équipes pour la deuxième phase si elle peut se jouer, ou utiliser la saison entière pour réaliser une phase complète. Nous surveillons également les décisions que prendront la Commission sportive Régionale.

Bon courage à tous.

Gilles BALDASSARI
Gilles Baldassari & Jean Luc Discher
Responsables de la commission sportive CDTT 34